La Galerie d'Art du Collège est ouverte depuis avril 2010. 

Cliquez ici pour consulter le Planning 2015 de la Galerie d'Art du Collège 

Du 22/09/15 au 02/11/15

Expo réseau galeries d'art :
Xavier LUCAS
Artiste plasticien
ORCHESTRALES MANOEUVRES

Site de l'artiste :
http://www.xavier-lucas.fr/

L'univers de Christian Ronceray à la galerie d'art du collège

Paysages mémoire, tel est le nom de la série de toiles exposée par Christian Ronceray à la galerie d'art du collège Hée-Fergant.

Enseignant, Christian Ronceray est aussi artiste. Il est autodidacte en la matière, « un vrai ! ». L'initiative de cette exposition revient à Mélanie Bouron, professeur d'arts plastiques. « C'est la première fois que quelqu'un vient dans mon atelier et s'occupe de tout ! » a commenté l'artiste, lors du vernissage, jeudi.

L'oeuvre de Christian Ronceray, commencée il y a trente ans, est ponctuée de plusieurs cycles. Elle est en perpétuelle évolution. Après la peinture et l'être humain, apparaissent dans ses tableaux les architectures, les paysages, les livres et l'écriture.

« La matière comme les écorces et les vieilles toiles, est le point de départ indispensable à l'origine du tableau. Tout va naître de cette matière première qui par ses formes, sa structure va petit à petit se mettre en place, se transformer et créer un univers ». Son univers. Au fil du temps un basculement se produit. « Je ressens le besoin de délaisser les écorces pour ne plus utiliser que le pyrographe sur la toile seule ». C'est le début du cycle Paysages mémoire qui dure depuis ces sept dernières années.

Des traces de brûlures

« Je m'aperçois que je retrouve les mêmes sensations que lorsque je dessine avec seulement un crayon et une feuille ». Il n'y a plus alors d'intermédiaire mais simplement des traces de brûlures sur la toile. « C'est avec cette économie de moyens que j'essaie d'aller à l'essentiel, au dépouillement. Une recherche qui est la mienne et la même depuis le début, mais qui me fait prendre des chemins différents pour y accéder. Chemins que j'ai suivis en me laissant guider par mon intuition, sans jamais savoir où ils me conduiraient mais tout en étant certain que je ne pouvais en prendre d'autres. »

Jusqu'au 27 avril, exposition Paysages mémoire, visible aux jours et horaires d'ouverture du collège Hée-Fergant, de 8 h 30 à 17 h. Ouverte à tous. 

Ouest France 09/03/15


Leïla-Rose Willis expose à la galerie d'art du collège


Dans le cadre du réseau d'espaces art actuel en collèges et lycées de Basse-Normandie, la galerie d'art du collège Hée-Fergant accueille des oeuvres de l'artiste plasticienne Leïla-Rose Willis. Native de Montpellier, elle vit depuis trois ans à Marseille. Elle a obtenu un diplôme national d'arts plastiques avec mention, en 2004, à l'école d'art de Rueil-Malmaison puis un diplôme national supérieur d'expression plastique, décroché en 2006, aux Beaux-arts de Rennes.

À 31 ans, l'artiste a effectué divers voyages de recherche qui l'ont conduite aux États-Unis, au Japon, en Équateur, en Amazonie et au Pérou mais aussi en Islande, etc. « Je pars pour me nourrir d'ailleurs », déclare l'artiste dont le travail est le résultat d'un mélange de cultures. Leïla-Rose Willis expose depuis dix ans.

La lettre H

L'exposition, dont les pièces ont été choisies par les collégiens, sous la houlette du professeur d'arts plastiques, Mélanie Bouron, présente « une mini-rétrospective de ce que je fais, et c'est une première. C'est aussi la première fois que je montre autant de pièces ! ».

L'une d'elles se trouve sur le sol où sont disposées mille grues réalisées en origami desquelles ressort la lettre H. « Je me suis inspirée d'une tradition japonaise. Une des représentations d'origami les plus célèbres est la grue du Japon. La grue est un animal important car il symbolise la longévité. »

La lettre H pour « héliport, hôpital, Hiroshima... ». Il y a aussi cette oeuvre, Enez-Eusa (île d'Ouessant en breton), réalisée en 2012, en résidence au sémaphore du Créac'h (Ouessant) avec le soutien de l'association Finis terrae, « un dessin à l'encre de chine sur papier Whenzou ».

À l'issue du vernissage, jeudi, Leïla-Rose Willis a animé des ateliers avec les élèves sur « les coiffes dans les différentes cultures ». En parallèle, épaulés par le documentaliste Thomas Ratier et par le professeur Philippe Jalabert, les élèves de l'option NTA-arts (Nouvelles technologies appliquées) ont interviewé l'artiste sur ses oeuvres, dans le but de rendre l'exposition interactive au moyen d'un flashcode.

Exposition à la galerie d'art du collège Hée-Fergant jusqu'au 27 février. Elle est ouverte au public les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 9 h à 16 h 30 ainsi que le mercredi matin, de 9 h à 12 h. Il suffit de se présenter à l'accueil de l'établissement -Ouest France 18/01/14-



L'espace d'art actuel du collège Félix-Leclerc accueille jusqu'au 11 avril l'exposition de Leïla Rose Willis. L'artiste a été présentée au public présent lors du vernissage par Philippe Chanteur, principal, et Sophie Colin, professeur d'arts plastiques et responsable de la galerie.

Leïla Rose Willis a installé son exposition avec différentes classes, et les élèves ont été vivement intéressés par cette expérience, et ont alors posé de nombreuses questions, d'où des échanges fructueux et porteurs de rêves. L'artiste a en effet beaucoup voyagé « j'ai besoin d'aller voir ailleurs », et notamment au Japon, à l'île d'Ouessant, ou en Amérique du sud. D'où son inspiration respective pour les grues blanches en papier, les dessins à l'encre de chine ou des coiffes. Les oeuvres et les installations se révèlent minutieuses, poétiques et délicates, créant des paysages multicolores et imaginaires. « Je cherche à mettre en forme les restes d'un ailleurs, à dévoiler les pratiques humaines d'un territoire, à renouveler nos points de vue en faisant appel à notre faculté d'assemblage, d'association des assemblages qui révèlent des liens qui tissent les êtres et les choses, la confrontation avec les actions et le temps qui passe ».

Les visiteurs ont découvert avec curiosité l'assemblage et la disposition des mille grues, et leur valeur symbolique à formuler des souhaits. Comme c'était le cas à Hiroshima le 6 août 2009. Leïla Rose Willis a, quant à elle, apprécié la curiosité, la spontanéité et la participation active des jeunes.

À découvrir, jusqu'au 11 avril aux heures d'ouverture du collège - Ouest France 25/03/14 -

Précédentes Informations sur la Galerie et l'Artothèque, cliquez ici.